Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 21:40

Nous ne pouvions rester si proche sans aller s’éblouir devant les spectaculaires chutes du Niagara. Ils nous a fallu tout de même six heures pour rallier Niagara d’Ottawa et ce grâce a la voiture de Thalal (beau frère de Samira, la sœur de Soufiane). Cet investissement routier a été largement récompensé par la formidable expression de la puissance de l’eau. En effet, l’escarpement du Niagara par lequel les eaux du lac Erié se jette dans celle du lac Ontario est apparu lors de la dernière époque glaciaire, soit il y a un peu près 10 000 ans. Cet escarpement émerge quelques kilomètres au sud-est dans l’état de New York (USA) et sépare le lac Huron de la baie de Géorgie pour finir au nord-ouest dans le Wisconsin (USA). Avec une hauteur de 58 m, une largeur de 430m et un débit de 35 000l/s elles sont les plus puissantes d’Amerique du nord et certainement les plus connues au monde, ce qui explique l’affluence extrême autour de ce spectacle offert par mère nature. Pour ma part, mon œil de géomorphologue c’est régalé et comme un enfant j’ai admiré cette incroyable source d’énergie pour aboutir a la même réflexion que Dickens : « Il m’a semblé être transporté bien loin de la Terre, admiré une vision du paradis ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le retour c’est effectué par Toronto, une ville ou je ne remettrais pas les pieds de si tôt, ou tous les gens sont pressés, stressés et indifférents. Certe la city est grandiose et en son cœur nous sommes enivrés a dresser la tête pour admirer les grattes ciel tous plus hauts les uns que les autres. Mais cette course a la hauteur est, pour moi, a l’image de cette quête du toujours plus qui ne fini jamais et qui gomme l’humain pour laisser place au matériel. Cette ville est l’archétype même de ce que le monde fait de mieux en terme d’image, de grandeur et d’inhumanité, la preuve en est la fuite des gens lorsque l’on demande simplement notre chemin ! Mais je ne tomberais pas non plus dans l’unilatéralisme et j’ose espérer que la ville nous a offert son plus mauvais visage et que de belles choses restent a découvrir, mais cela je le laisse pour les autres et moi je continu mon chemin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui jeudi nous nous préparons pour une expérience qui risque de marquer le voyage. En effet, nous partons vendredi 15 a 0h15 pour arriver dimanche 17 a 5h15 a Calgary en Alberta. Deux jours et demi de bus a sillonner les routes canadiennes par les grands lacs et les vastes plaines afin d’atteindre la porte des rocheuses et s’offrir quelques jours de montagnes.

 

 

Américalement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

lolette 20/01/2009 15:52

c'est vraiment un plaisir de te lire!