Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 01:17

Pour ceux pour qui la vision de cet endroit évoque directement un endroit d’une richesse artistique, musicale et narcotique incomparable, et bien ce n’est rien à coté de ce que vous pouvez imaginer. Pour ceux qui ne connaissent pas il vous faut être sensible aux cotés extravagants de l’espèce humaine. En effet, Venice Beach c’est le tout extrême, extrême dans l’art et son expression (voir les photos de l’immeuble dans lequel j’ai vécu et sa terrasse), extrême dans l’importance de l’image avec son front de mer à l’image des films (Basketball, femmes en roller, bodybuilder…) et extrême dans la consommation de produit interdit (bipppppp……). Pour moi L.A s’est limité à Venice, pas envie d’aller voir les payettes et surtout pas le courage d’affronter l’immense difficulté que représente les transports en commun dans L.A puisque cette ville a été construite uniquement pour ces belles voitures toujours plus grosses et flamboyantes. Mais Venice Beach était réellement pour moi incontournable. Vous n’imaginez pas mon émotion en foulant les pas d’un certains Jim Morrisson et plus encore lorsque j’ai appris que la terrasse mitoyenne à celle de l’immeuble où je me trouvais fut celle qui lui servi de logis lors de ces nombreux mois d’errance dans Venice Beach et surtout l’un des endroits où il s’adonnait à la lecture et l’écriture de nombreux poèmes et nombreuses chansons.

Mon hôte à Venice fut un russe d’une trentaine d’année, un ami à Josee, mon amie de Montreal. Son monde n’étant pas vraiment le mien (il travaille à Beverly Hill et gagne bcp d’argent) il s’est révélé être une belle personne, comme quoi l’habit ne fait pas le moine, et j’en suis très heureux. J’ai passé de très bons moments avec Anton et deux formidables journées à flaner dans Venice Beach avant de reprendre mon sac à dos en direction de Las Vegas.






















La photo de droite est prise depuis la terrasse de Anton et l'immeuble que vous voyez est celui ou Morrisson a vécu, normal que j'ai de l'inspiration non ?

Américalement

    

Partager cet article
Repost0

commentaires