Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 01:19

Le lendemain matin j’ai repris mon sac sur le dos et marché pour rejoindre le Hard Rock Hotel pour récupérer ma voiture de location. En effet, l’idée de payer 100$ pour prendre un bus qui fait l’aller retour en une journée, non merci. J’ai donc marché une heure sous un soleil de plomb (28-29 degrés à 8am) avant d’atteindre le premier but qui s’est révélé ne pas être le bon et où j’ai vu défiler un balai de personne, toutes plus incapables de m’aider les unes que les autres. Le second but, quelques centaines de mètres plus loin m’a permis de enfin rencontrer des personnes au courant de la localisation de ma voiture : à l’aéroport ! Pourquoi ? Je ne sais pas trop mais le chauffeur de taxi affrété par la compagnie de location m’a donné sa version selon laquelle les ordinateurs étant vieux, lorsque l’on fait une réservation par Internet ils se trompent parfois… hein hein. Enfin arrivé là bas à 10.15 au lieu de 9am j’ai pris possession de la voiture pour me lancer sur la route en direction du grand canyon. J’ai fait 5h de route en débutant par le barrage de Hoover assommé par un soleil comme rarement j’en ai vu, et prolongé ma route par des paysages une nouvelle fois complètement extraordinaires, sortis tout droit d’une bande vidéo et surtout très changeants. Le Nevada dans sa partie sud ressemble au Nevada dans sa partie nord c’est à dire chaud, complètement désertique et légèrement montagneux. L’entrée dans l’Arizona offre petit à petit plus de végétation pour finalement atteindre le stade de la forêt type méditerranéenne dans la région de Stigman et Williams. Ensuite, tout redevient petit à petit plus désertique tout en gardant son caractère très méditerranéen en direction du Grand Canyon.














Et alors, à ce stade, après m’être acquitté de mon droit d’entrée de 25$, j’ai eu le droit au plus beau spectacle à ce jour. Je me suis retrouvé devant cet immense sillon creusé par les eaux tumultueuses du Colorado au sein des couches sédimentaires, vestiges d’un passé de plusieurs millions d’années, comme un livre ouvert sur l’histoire de la Terre. Une nouvelle fois, pour moi qui ai tant étudié ces mécanismes de morphogénèse à l’origine de ces paysages et qui suis totalement admiratif devant la complexité et l’efficacité de ces systèmes environnementaux, je n’ai pu m’empêché de laisser s’échapper toute mon émotion et mes ressentis par l’intermédiaire de mes canaux lacrymaux. Il faut véritablement le voir pour y croire et c’est devant ce genre de joyaux que je comprends que l’on ne puisse imaginer autre chose que la main de Dieu en ces lieux, et moi le premier je me suis dit que si je n’avais pas connaissances et conscience des mécanismes en jeu, j’aurais tendance à croire qu’une puissance divine a fait de ce lieu une aire de récréation où il s’est adonné au façonnement comme le ferait un enfant sur une plage. Le clou du spectacle, comme pour me dire “ne lâche rien, continu, c’est pour cela que tu voyages”, fut le coucher de soleil sur le canyon. Un balai de couleur inimitables conféré par le soleil ardent, les différentes couches de roches, les ombres créent par les formes et les nuages ont fait de cet instant un instant marqué d’un sillon dans ma vie, peut être une prise de conscience complète de la valeur de ce voyage.

Et comme si j’en étais pas complètement convaincu, dans la minute qui a suivi la disparition du soleil je proposais a trois personnes de les prendre en photos, ce qui aller être le déclencheur de la plus belle rencontre à ce jour. Attention je parle là de la rencontre, l’acte, car il a eu cette spontanéité entière et complète que je n’avais encore jamais trouvé. En effet, les autres rencontres se sont faites par l’intermédiaire de couch surfing ou pour quelques minutes d’échanges au détour d’une rue. Là il y a eu échange de quelques phrases et tout de suite la proposition d’un diner et d’un partage d’une soirée, ce qui dans cette spontanéité a conféré la véritable grandeur de mes hôtes : Fabrice, Anne Laure et Meline. Vraiment cela relève de l’incroyable, juste quelques paroles au dessus du grand canyon et nous voila partageant un formidable diner sur une table en fer du camping de canyon village. Discutant du voyage, de l’aventure, des choses de la vie dans une simplicité parfaitement pure et belle. C’est cela que j’aime, être inconnu et pourtant pouvoir s’admirer pour les qualités que l’on propose simplement et humblement. Je suis complètement conquis par ce genre de rencontre, d’autant plus après que la nature m’est fait un cadeau comme j’en ais eu, Ces trésors humains apportent une pierre de plus à l’édifice de mon voyage et sont venus en consolider les bases. Cependant, je me pose encore la question : “comment remercier?” car de simples mercis me semblent tellement dérisoires. Alors je crois qu’il faut simplement savoir apprécier pleinement ces moments et donner de sa personne en faisant que l’échange soit complet pour profiter de chacune de ces secondes qui valent de l’or lorsque l’on est loin.

Depuis le Grand Cayon où j’ai passé une seconde journée à le suivre en direction du désert de l’Arizona j’ai rejoins Vegas où je devais sauter dans un bus pour le Mexique. Finalement arrivé à la station de bus, le bus étais complet ce qui m’a obligé à passer une nouvelle nuit dans l’enfer du jeu. Mais dans cette mésaventure j’ai tout de même la chance de pouvoir passer la nuit dans une de ces villes au monde qui ne dort pas. J’ai alors erré d’attraction en attraction, passé 2 heures avec David et Nani, deux espagnols en partance pour Tijuana et lutté contre un sommeil qui pouvait me faire louper ce bus que j’ai tellement attendu. A 6.20 am je m’endormais dans ce bus en direction de El Paso (texas) puis Chihuahua au Mexique d’où je vous écris aujourd’hui.

 

La suite au prochain épisode, caramba!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Francois 23/09/2008 19:55

Salut Nico,
Toutes ces photos et ton récit donne vraiment envie d'aller faire un tour au gran canyon. Et pourtant je ne suis pas géomorphologue pour un sou.
Pense à écrire un livre en arrivant car ta plume me plait bien.

Bon voyage

A bientot

Francois

Nico 24/09/2008 00:47


Merci beaucoup. Je crois remplir pleinement ma mission a travers ce blog si mes photos et mes récits égayent la curiosité et l'envie d'aller voir ce que nous offre notre belle planète.
Par ailleurs, je suis très flatté du compliment concernant ma plume et effectivement j'aimerais pouvoir faire partager plus largement mon aventure a mon retour alors a bon entendeur....

PS: Bientôt les aventures du nord du Mexique.