Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 03:15
  Premiers jours au Mexique, plongée dans une nouvelle vie, une nouvelle culture, une nouvelle langue. Ce fût très déstabilisant, puisque pour moi la vie à l’américaine était intégrée, l’anglais ma langue et les américains mes compagnons de vie au quotidien. Alors en quelques heures de bus j’ai changé de décor, ai été bousculé par la magie du voyage et par le passage de frontière. En parlant de frontière, celle d’El Paso m’a parût inexistante, à tel point que je n’ai aucun tampon sur mon passeport ni aucun justificatif de mon entrée en tout légalité sur le territoire Mexicain, ce qui me vaudra d’aller à la recherche du sésame de sortie lors de mon passage à Mexico city. Je l’ai dit, je suis tous les jours à l’école depuis le début de ce voyage et à l’heure d’aujourd’hui, alors que je maîtrisais les rouages d’une discipline, je bifurque et change de voies pour apprendre à nouveau. Cela donne une dimension à mon voyage qui s’impose petit à petit à moi comme une évidence : l’adaptabilité ! Ce voyage nécessite effectivement un grand sens de l’adaptabilité car si je ne m’adapte pas au plus vite à mon environnement, si je ne me créé pas au plus vite des repères, si je ne me fonds pas assez vite au décor je ne supporterai pas mes migrations constantes. Il me faut donc faire mien, cet espace que je découvre chaque jour, en tout cas c’est comme cela que je conçois les choses et je crois m’en sortir assez bien de ce point de vue là.

En ce qui concerne mes premières impressions vis-à-vis du Mexique, elles furent vraiment positives et cette impression de bien-être s’est bien vite imposée à moi dans ce pays qui a enfin des odeurs (de bouffe, de gasoil, d’homme…) se dégageant de partout ! Dans les rues, la circulation est frénétique, la musique s’échappe de toutes les écoutilles dans un rythme chaleureux et entraînant, et les gens transpirent la vie. Ici, tout me parait, enfin, non-conventionnel, désorganisé et palpitant. Ces premières impressions je les ai eues à Chihuahua, première ville étape de mon périple mexicain, au nord du pays. Cette ville n’a pourtant aucun charme, il n’y a rien de particulier à voir, à visiter, juste à prendre du bon temps sous une bonne trentaine de degrés et pour moi, attendre mon train direction le Pacifique, prévu pour le lendemain matin à 7h. Ce train est le fameux « el chepe », qui relie Chihuahua au Pacifique à travers le Barranco del Cobre (un canyon qui apparemment n’a rien à envier à son voisin américain). Pour ma part, je suis monté à bord de ce train mythique le 14 au matin avec l’intention de stopper une journée au beau milieu, à Creel, un petit village apparemment très joli, perché à 2200 mètres d’altitude. Cette première partie du voyage s’est déroulée tout confort, à petite vitesse, en compagnie de mexicains partis visiter la famille ou travailler plus au sud. Jusqu'à Creel ce n’est malheureusement pas la plus belle partie du voyage, le second tronçon que j’ai prévu pour le lendemain sera apparemment incroyable. Arrivé vers 12h30 à Creel j’ai eu l’immense bonheur d’acquérir un lit dans une petite auberge pour, tenez vous bien, 80 pesos la nuit (soit à peu près 6 euros) avec petit déj’ et dîner compris ! Et oui, le passage des EU au Mexique c’est cela aussi ! Ma deuxième joie de la journée, et celle-là n’a pas de prix, c’est d’avoir pu parler pendant plus d’une heure avec la petite famille réunie de l’autre côté de l’écran d’ordinateur, un réconfort tellement appréciable après avoir eu un horrible moment de doute et de panique à bord du train. Pourquoi ? Parce que cela faisait cinq jours que je n’avais rencontré personne, que la transition anglais/espagnol se faisait difficilement, et que j’avais du mal à me faire comprendre ce qui est frustrant et attristant quand on recherche soi-même le contact humain, et enfin parce que le voyage à l’aveugle réserve des surprises permanentes (et oui je n’ai ni guide ni idée de ce qu’il y a faire ici) et que la fatigue fait parfois rêver à un peu de planification. Mais comme la magie du voyage ne met rarement bien longtemps à agir, après le réconfort de la famille j’ai eu le droit au réconfort d’une formidable rencontre. Alors que j’écrivais sur un banc de la petite place de Creel mon oreille a capté la mélodie bien connu offerte par la langue de Molière, vu ma solitude vous imaginez bien que je n’ai pas tardé à m’approcher de 4 jeunes françaises apparemment joyeuses et pleine de vie. Comme à chaque fois, les rencontres sont à géométrie variable et peuvent durer 1 minute, 1 heure, 1 semaine, et comme à chaque fois les premiers échanges sont intenses et curieux laissant venir le moment qui décide de la suite des événements. Pour notre part, la suite s’est déroulée autour d’un dîner à l’auberge que nous partagions (vous avez dit destin ?), un dîner dont je peux vous dire aujourd’hui toute l’importance puisqu’il a scellé les bases d’une sacrée aventure qui n’est pas encore terminée à l’heure où je vous écris.

Cette aventure surréaliste débuta le lendemain en direction de Batopilas….

Mexicalement



  
















Partager cet article
Repost0

commentaires

Bouere 26/09/2008 19:41

Oh Purawaaaaa!!!!!!!!!
Jviens de tomber sur ton blog...jpensais pas que tu étais parti pour un périple aussi long!!! J'imagine que tout se passe bien pour toi, tu dois en voir des choses putain! Jte souhaite bon courage et fais attention à toi.
Je suivrai tes aventures de près maintenant.
Salut ma poule!!!! A bientot j'espère...

Nico 27/09/2008 05:33


Hey!
cela me fait super plaisir de voir que toi aussi tu viens lire quelques lignes ici. En effet, tout se passe merveilleusement bien pour moi, je suis actuellement a Mexico city ou j'occupe mes
journées entre visites, discussions cosmopolites (a l'auberge ou je suis il y a un sacré échantillon de la population mondiale !) et soirées salsa. Ma vie s'écoule comme dans un livre et je ne peux
que m'en réjouir ! N'hésite pas a m'écrire un petit mail pour me donner plus de news car j'aimerais savoir ou tu en est toi.
Aller, a un de ces jours ma poule.

Enjoy your life and take care !