Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 22:12

Digression (subst.fem.) : Usuel. Développement oral ou écrit qui, le plus souvent dans un « discours » organisé, s'écarte du thème principal.

Spéc. Écart angulaire d'un astre par rapport à un système de référence (astre, plan fixe).

 

Voilà une définition bien conventionnelle de ce mot qui symbolise pour moi une sorte de sortie de route sous contrôle, un changement de plan, un petit coup de folie dans ce voyage rempli de choses tellement différentes d'un quotidien français que cela en est exténuant. Donner, recevoir, apprendre, être curieux à longueur de temps, cela nécessite un second souffle, une petite dose de "quotidien" pour reprendre de plus belle les aventures. J'avoue cette faiblesse dans mon voyage en toute sincérité, parce que même si je suis parti rempli d'idéaux et d'envie, la vie que je mène tous les jours et qui me remplie de bonheur reste épuisante. Et si avec l'expérience cette vie sera de plus en plus facile à vivre, pour l'instant je profite d'une réelle envie de me poser, de souffler, de prendre du recul sur ces deux mois déjà écoulés et surtout profiter encore un peu de ces superbes moments passés avec les filles. Voilà pourquoi je me suis envolé de Oaxaca le 30 septembre au matin pour rejoindre Monterrey par avion. Survoler ainsi le Mexique, avec un soleil resplendissant et des paysages à couper le souffle a été comme un clin d'oeil, une sorte d'approbation, de cadeau pour me dire "vas-y fonces tu as raison".

 

Le soir même je reçu mon second cadeau, la surprise et la joie sur le visage de Karine et Anne. Et oui cette digression était tenue secrète par Laura, la seule au courant de ma venue et que je venais fêter puisqu'elle partait le lendemain pour la France.

 

Aujourd'hui, cela fait une semaine que je suis à Monterrey où j'ai rencontré encore beaucoup de gens, eu la chance de vivre une soirée à la Mexicaine avec Adrian (le colocataire Mexicain de Karine et Anne) et ses Amis, et le bonheur de passer deux matinées au service de migration de la ville (sic). Enfin, je reprends en ce soir du Mercredi 8 Octobre ma route vers le sud avec cette excitation de repartir pour de nouvelles aventures, de nouvelles rencontres, de nouvelles longues heures d'écriture et de réflexions sur une place ensoleillée ou sur une table en plastique d'un petit café Mexicain. Un nouveau départ, je replonge :

 

Rêver un impossible rêve

Porter le chagrin des départs,

Brûler d'une possible fièvre

Partir ou personne ne part.

 

Jacques Brel

Partager cet article
Repost0

commentaires