Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 02:34

Pour beaucoup ce lac, et les trois volcans qui le dominent, est l’un des plus beaux endroits au monde. Pour ma part, j’attendrais de vivre le reste pour effectuer ce type de jugement mais il est évident que ces lieux sont baignés d’une atmosphère particulière. Ce lac aux eaux turquoises se situe à un peu plus de 1 400m d’altitude et semble être une forteresse protégée par trois volcans : San Pedro, Tolíman et Atitlán, habités des disciples de Vulcain. J’ai beau habiter toute l’année sous le plus beau d’entre tous (un peu de chauvinisme ne fait pas de mal hein ¡) je suis tout de même tombé sous le charme de ces édifices, dont la structure Strombolienne offre un découpage net et esthétique entre la terre et le ciel pour se refléter majestueusement dans les eaux du lac. Par ailleurs, ceux-ci offrent constamment l’impression de cracher un panache de cendres car leurs sommets perchés entre 2500 et 3500m accrochent quotidiennement les imprudents nuages qui s’aventurent à leurs voisinages.

J’ai eu la chance de rester deux jours sur les rives du lac, j’en ai donc profité pour aller satisfaire ma curiosité de l’autre côté des flots, dans un village de pêcheur au nom de Santiago. C’était, comme par magie, jour de marché dans cette bourgade qui accueillait une nouvelle fois une grande partie de la population de la région alentour. Ici, ce sont les étals de bric et de broc mais surtout d’avocats et de poissons qui règnent pour offrir une nouvelle explosion de senteurs bien particulière. J’y ai d’ailleurs retrouvé un petit goût d’Afrique dans la danse qu’offrent conjointement mouches et vendeurs autour des poissons rangés comme des soldats au garde à vous. Cependant, cela ne m’a pas empêché de goûter aux mets locaux, je peux même affirmer qu’ils tiennent leur rang. N’étant pas foncièrement amateur, mes papilles ont tout de même pris un réel plaisir à déguster cette chair grillée sur un barbecue artisanal, accompagnée de légumes, riz et guacamole tout à fait à mon goût, comme la majorité de la cuisine centre-américaine à ce jour.



Enfin, à Panajachel, qui fût mon lieux de résidence pour ces deux jours, j’ai eu le bonheur de faire la connaissance de quatre jeunes Guatémaltèques, qui, intriguées par mon look de routard (qui collerais assez bien avec la chanson de Moustaki : “Avec ma gueule de métèque, de Juif errant, de pâtre grec et mes cheveux aux quatre vents...”) sont venus me questionner sur ma présence ici. Cependant, le mitraillage de questions s’est très vite retourné contre elles lorsque j’ai appris qu’elles étaient ici pour visiter les communautés indigènes, se destinant à devenir assistantes sociales. Le destin a donc, une nouvelle fois, formidablement bien fait les choses en mettant sur mon chemin des puits de connaissances concernant ce peuple fascinant. Une soirée et une journée plus tard, avec pas mal de réponses en tête, je leur disais au revoir pour rejoindre Antigua.

Americalement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

christian Burki 15/11/2008 19:41

bravo pour ces belles photos et la musique colle bien !

Nico 16/11/2008 01:05


Muchas gracias Christian. J'espere que le blog vous regale autant que me regale cette aventure, c'est le but ;)
Merci et bonne continuation.

Americalement